Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

L’Asile d’Arkham


lundi 28 juin 2004
L'avis de Kab


Les lourdes portes en fer forgé s’ouvrent ; de la bâtisse proviennent des bruits hystériques ; de plus près, ce sont des rires. Bienvenue à Arkham la maison où les fous sont rois. Et ce soir, les fous sont de sortie.

(JPEG) Amadeus est un enfant de Gotham. Ses parents vivaient dans une grande bâtisse un peu à l’extérieur de la ville. A la mort de son père, Amadeus s’occupa de sa mère qui était très malade. Cette maladie n’était pas seulement physique mais aussi mentale. Arkham se consacre alors à la folie.
Après avoir rencontré un tueur psychopathe, ce bon vieux docteur décide de créer son propre asile pour criminels aliénés. Cet institut ouvre ses portes en novembre 1921. Malheureusement pour Arkham, la folie le guette aussi.

Des décennies plus tard. Batman, justicier de Gotham doit se rendre à l’asile d’Arkham car les fous sont tous sortis et maîtrisent les lieux. Le joker annonce qu’il veut Batman. Le chevalier noir s’y rend pour que les otages soient libérés. Mais certains psychiatres ne partent pas.
C’est maintenant au tour de la chauve-souris de faire face à sa propre folie sous l’égide du docteur Joker. Pour le Dark Knight, le but est que tout rentre dans l’ordre et qu’aucun patient ne sorte.

"Enfin !" est le premier mot qui me vient à l’esprit. Je l’avais vu à sa sortie et mon anglais pitoyable m’avait empêché de l’acheter. Mais maintenant, Arkham Asylum est en français.

Grant Morrison (JLA, New X-men, Invisibles) fusionne deux histoires en une. L’histoire d’Amadeus Arkham et celle de la révolte des fous. Les deux histoires s’entremêlent parfaitement et ne se gênent jamais. Morrison nous présente les fous un peu moins psychopathes, une chauve-souris qui a peur de sa propre folie et qui pourrait se sentir comme chez elle dans l’asile. La plupart des méchants sont là (Joker, Pile ou Face, Croc, Le chapelier fou, L’épouvantail ?) Un récit qui ne sombre jamais dans la facilité et d’une noirceur superbe.

Dave Mc Kean, que tous les fans de Sandman et Gaiman connaissent, est le dessinateur de cette mini-série et son style très spécial, son découpage anarchique rajoute une couche de folie au récit de Morrison, ainsi qu’une bonne dose de noirceur. Il est vrai que ce style peut rebuter ou même amener à une non-compréhension de l’histoire. Accrochez-vous et relisez-le, vous verrez alors que c’est top.

Loin d’être un indispensable dans la continuité (le mot est lâché) du croisé, ce recueil n’en est pas moins indispensable pour ceux qui veulent en savoir plus sur l’asile d’Arkham et sur la folie douce de Batman et la folie dure des autres. Les fans de Morrison y trouveront aussi leur compte avec un script complètement dingue. Les fans de Mc Kean seront aussi ravis et trouveront que l’auteur ne perd rien de son talent.

Vous pourrez trouver ce bijou aux éditions Reporter

Très fortement conseillé.

La critique du Sgt Pépère dans le dossier Batman

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 1811 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/