Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

samedi 16 octobre 2004
par JeanSeb

Le Retour des Broods


Les vilains extra-terrestres qui ont mis en péril la galaxie cinq ans auparavant reviennent pour coloniser la Terre en choisissant des hôtes mutants. C’est sans compter sur les X-Men qui les ont déjà affrontés et qui, au meilleur de leur forme, comptent bien stopper net l’envahisseur. Hélas pour eux, en combattant, nos héros ne se rendent pas compte que le danger vient surtout de l’intérieur.

(JPEG) Dans Uncanny X-Men #218 (juin 87) (Special Strange 60— janvier 89), Lorna Dane et Alex Summers découvrent au Nouveau Mexique un appareil Brood qui vient de s’écraser près d’un camp de randonneurs qu’ils retrouvent massacrés.
Havok décide alors d’aller informer les X-Men du danger qui rôde. Mais la disparition de Lorna, la menace des Marauders, et celle plus grande encore représentée par l’Adversaire, ennemi millénaire des Cheyennes (affronté pendant Fall of the Mutants), ont détourné l’équipe du danger que représente ce commando Brood fraîchement débarqué. Décidés à suivre une stratégie offensive et beaucoup moins pacifique que celle prônée par Xavier, les X-Men décident donc de résoudre cette affaire. Après s’être attaqués aux Reavers et avant de réserver le même sort à l’équipe des Marauders, ils sont décidés à frapper les premiers.

L’album s’ouvre par un flashback sur les événements qui mènent à l’accident qu’ont eu Alex et Lorna dans l’épisode 218 et à la découverte du vaisseau. Lancés sur la piste du premier homme infecté par les extra-terrestres, un ambulancier de Denver, Harry Palmer, les X-Men se rendent vite compte que le temps qu’ils lui ont laissé a permis à ce dernier d’infester de nombreux mutants. Les Broods sont donc maintenant dotés de pouvoirs.

Les morceaux de bravoure et les scènes spectaculaires s’enchaînent, ponctués par les remises en question des mutants qui savent que, sous la possession des Broods, ce sont de simples humains, des mutants, comme eux, qu’ils doivent tuer pour éviter que l’épidémie ne s’étende.
On croise aussi dans l’album le révérend William Conover, homme de Dieu à l’esprit ouvert, s’interrogeant sur la place de l’Homo Superior dans la Création, mais la partie la plus réussie et intéressante de l’album vient de la transformation progressive de Madelyne en Reine-Démon. Après la découverte à la télévision de Cyclope (pendant Fall of the Mutants, l’équipe d’X-Factor est devenue la coqueluche des médias en sauvant la ville de New York d’Apocalypse et de son immense vaisseau intelligent d’origine Céleste), son mari, en compagnie de Jean Grey, son premier amour, Maddie ne sera plus jamais la même.

L’action ne cesse pas, les X-Men trouvant là des adversaires aussi nombreux et puissants qu’eux. Le danger est omniprésent, les héros risquant d’être à tout moment contaminés par les Sleazoïdes (si quelqu’un ayant lu la V.O. ou ayant de solides connaissances en étymologie pouvait m’expliquer l’origine du terme, qui reste très mystérieux pour moi, je lui en serai reconnaissant), mais aussi retournés contre leurs amis à cause du pouvoir de Pheromone, l’une des Brood mutantes qui peut contrôler le psychisme de ses victimes.

(JPEG)

Tous les ingrédients d’un bon blockbuster sont réunis : ça disperse, ça ventile, ça vaporise façon puzzle ! Explosions en série, murs et vitrines volant en éclat, poursuites aériennes, dommages collatéraux frappant un car, renversé en pleine rue et même un avion sauvé de justesse par Tornade, le combat est dynamique. Il se déroule des ruelles de Denver au pied des rocheuses, ressemblant à une version Claremontesque d’ « Une nuit en enfer » avec des Broods en lieu et place des vampires. Chaque X-Men a l’occasion de sauver un ou plusieurs de ses camarades, et Silvestri livre un travail honnête. On n’est cependant pas au niveau d’autres épisodes avec plusieurs maladresses sur les proportions (tous ses personnages descendent en fait des femmes girafes africaines ...), une absence de décors et d’arrière-plans ou un manque de dynamisme dans certaines phases de combat.

Certaines cases demeurent cependant de toute beauté (la silhouette de Logan apparaissant à contre jour au bout d’une impasse, un incendie dans le dos) mais ses Broods, très effrayants lorsqu’ils sont totalement eux-mêmes, frisent parfois le grotesque sous leur avatar à demi-humain. (A noter que la couleur aussi n’est pas de très bon niveau, mais ce la est peut-être dû aux techniques d’impression de Semic de l’époque). Ceci s’expliquant peut-être aussi par le fait que pour la première fois la série est plus que mensuelle puisque 15 épisodes au lieu de 12 seront publiés en 1988 (Septembre, Octobre et Novembre voyant la sortie de deux numéros).

La vraie réussite de l’album concerne cependant les passages mettant en scène Madelyne, perdue quelque part entre rêve et Limbes. En quelques pages de magnifiques planches et de texte très efficace, nous sont montrés tout le dénouement de ce personnage, toute sa douleur, toute sa colère. Le néant auquel est réduit sa vie et où le Démon S’ym va puiser pour passer avec Maddie un pacte qui déchaînera bientôt les événements d’Inferno.

(JPEG)

On notera aussi pour l’anecdote que c’est dans le premier épisode de cet album que Psylocke apparaît pour la première fois dans l’armure qu’elle gardera jusqu’à son passage dans le Seuil du Péril. Pour faire le malin devant vos amis, dites leur qu’on apprendra que Logan a commandé cette armure à un dénommé Chang à Madripoor et qu’elle a été temporairement portée par Lindsay McCabe, puis par Tyger, dans Wolverine #5 (03/89) et #6 (04/89) (Serval N°3 - 03/90).

De l’action, des thèmes chers à Claremont, une importante intrigue secondaire qui se noue, un album qui peut aussi bien se lire hors-continuité, et donc très accessible au néophyte, que comme une série d’épisodes bien inscrite dans la série pour le fan.

Conseillé.

Note de lecture :
Cet album contient les numéros 232 à 234 de Uncanny X-Men (août-septembre 1988) et se lit entre Special Strange 65 (novembre 89 - Uncanny #231) et Special Strange 66 (janvier 90 - Uncanny #235).

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 1620 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/