Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

lundi 11 avril 2005
par Vincent ’Old School’ Nasello

La nostalgie, camarade ... Marvel


Nous allons continuer notre tour d’horizon des débuts de Marvel en France sous la férule du dieu Lug avec la troisième revue mythique intitulée simplement Marvel.

Précisons tout de suite pour les éventuels distraits du dernier rang près du radiateur que cette revue n’a rien en commun (à part le titre) avec celle, anthologique, dont nous gratifia Panini à ses débuts.

(JPEG) Nous sommes donc au début de l’année 1970 et depuis janvier paraît, en petit format et en noir et blanc plus une couleur alternée, Strange qui va connaître une destinée hors du commun. En mars, la quatrième de couverture nous annonce pour avril une revue soeur.

Et effectivement le 10 avril, de nouveau sous l’accroche " Les super-héros de Stan Lee ", Marvel nous présente une couverture avec un cagoulé style KKK menaçant 3 des Fantastiques et un perso en guenilles. Celui-ci deviendra par la suite le borgne le plus célèbre de l’univers Marvel, mais pour l’instant il a encore ses 2 yeux. La présentation est absolument identique à celle de Strange jusque et y compris dans la police de caractères du titre.

A l’intérieur, nous sommes en terrain connu avec la reprise des Fantastiques et de l’Araignée plus un petit nouveau : un certain Cap’tain Marvel. Tellement en terrain connu qu’une partie des histoires est la ré-édition d’épisodes parus dans Fantask, mais on nous promet de l’inédit dès le mois prochain.

Je suis content de retrouver ces héros qui commençaient à me manquer mais je suis surtout intéressé par le petit dernier ; en effet Marvel n’est pas un héros proprement dit, mais un agent double, un extra-terrestre qui est pris pour un héros par les terriens mais qui est en fait là pour les espionner pour le compte de l’empire Kree. Détail amusant, son costume de Héros est en fait son uniforme de l’armée ennemie !
Ajoutez à cela un supérieur jaloux qui veut lui prendre sa fiancée et faire échouer sa mission ... Voilà une situation inédite.

Pour les crédits, outre l’omniprésent Stan Lee, nous avons aux dessins respectivement Jack Kirby qui s’améliore par rapport à Fantask, Steve Ditko égal à lui même et Gene Colan qui possède un trait bien reconnaissable à la fois puissant et souple, jouant sur les ombres.

La revue s’installe donc avec un épisode de l’Araignée, un du Cap’tain Marvel et deux des Fantastiques qui ont du retard à rattraper. Je ne vois pas trop l’intérêt et je préfèrerais une série supplémentaire, car s’il s’agit clairement d’un univers partagé, il n’y a pas encore d’interaction. Mais basta, je suis déjà heureux avec ça.

En septembre, un encadré nous apprend que le n° 7 du mois suivant nous réserve une surprise colossale ! et je me dis : " chic une nouvelle revue !".
Petite déception (relative) le mois suivant ; pas d’annonce de nouvelle revue mais celle du retour du grand format et de la couleur, avec en prime un poster (au passage, ce fut le premier d’une longue série dont va nous gratifier Lug) et ce pour les 2 revues Strange et Marvel ! Dommage, cela arrive un peu tard pour les dessins de Gene Colan qui vient d’être remplacé par Don Heck que je n’apprécie pas vraiment (et ça n’a pas changé depuis) et au n° 13, arrivée de Dick Ayers qui me rebute encore plus.

D’ailleurs l’histoire du Cap’tain Marvel prend une toute autre direction : sa fiancée meurt, il est chassé de l’armée Kree et il se met au service d’une entité ZO qui l’a manipulé depuis le début. Etrange, mais j’ai hâte de connaître la suite ...

Cette suite, je ne la verrai pas : le n° 14 annoncé en quatrième de couverture et qui nous annonce fièrement : " Les inhumains sont parmi nous " ne paraîtra jamais. Un entrefilet dans Strange nous apprendra que la commission de censure a encore frappé.

Lug rapatriera l’Araignée dans Strange (le surfer nous a quitté depuis peu). Les derniers épisodes de Cap’tain Marvel ne seront jamais publiés, la série s’étant arrêtée peu après au USA et nous n’en aurons qu’un résumé lors de la publication du Vol. 2 dans Strange quelques années plus tard.

Les Fantastiques seront repris finalement en albums brochés souples sous une couverture moins traumatisante, cette forme de publication échappant à la trop fameuse commission, de sinistre mémoire, sur les publications à destination de la jeunesse (nom cité de mémoire) qui pour le coup pourrissait la mienne de jeunesse et celle de pas mal d’autres.

Mais enfin " Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort " et ces évènements qui peuvent paraître dérisoires sont, sans doute, à l’origine de ma haine viscérale de toute forme de censure qui persiste encore aujourd’hui. Je sais que certains jugent très durement l’attitude de Lug pendant les années 70 et le début des années 80 (arrêt de titres ou de séries, coupe et remontage de certaines planches ... ) mais il ne faut pas confondre les censeurs et leurs victimes. Lug était une petite maison d’édition sur un secteur (la BD populaire considérée comme mineure et de mauvaise réputation) et n’avait pas les reins assez solides pour se permettre d’avoir à éditer ces revues avec la mention " Pour Adultes " avec les lourdes conséquences financières que cela aurait entraînées.
J’ai d’autant plus de respect et d’admiration pour des éditeurs qui ont lutté contre la censure aux mille ciseaux. Je pense notamment à J.J. Pauvert, Eric Losfeld et Régine Desforges. Je veux rendre hommage à leur combat pour un monde moins con et je leur dédie cette chronique.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 3722 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/