Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

Hellblazer #3 : Freezes Over


dimanche 14 mai 2006
L'avis de Christophe Colin


Editions Toth.

(JPEG) Cet album reprend trois histoires de John Constantine scénarisées par Brian Azzarello, tirées des numéros 157 à 163 de la série régulière.

Dans la première, illustrée par Steve « Punisher » Dillon, Constantine, dans un bar retrouve Turro, qui lui confie une mission importante.

Ensuite, dans Freezes Over, dessinée par Marcello « Loveless » Frusin, le Hellblazer est coincé dans un patelin paumé dans un bar pendant une tempête de neige, entre des malfrats armés dont le chef est blessé et un psychopathe appelé le bonhomme de neige.

Pour finir, Azzarello, avec la complicité de Guy « BPRD » Davis, conte un épisode tumultueux de l’adolescence de Constantine.

Bien qu’il y ait trois styles très différents dans cet album, Azzarello réussit à y maintenir une unité, mention spéciale pour les travaux de Frusin, partie la plus importante, et Davis et un arrière goût d’à suivre pour l’épisode de Dillon.

Avis : Recommandé.


dimanche 14 mai 2006
L'avis de Kab


Constantine est victime, doit accepter une mission dans le premier épisode, se retrouve paumé dans un rad en pleine tempête dans le second et se rappelle sa jeunesse dans le dernier.

Comme l’as dit Chris, Azzarello assure une suite qui se tient et c’est bien vrai, mais ce qui me surprend le plus dans les histoires de Brian c’est la manière dont il fait usage de la magie. Je trouve son approche proche de l’excellence. On ne voit jamais John se mettre à faire des incantations, ou même utiliser des objets, tout se passe par la suggestion (dans la seconde histoire), l’arnaque (dans la dernière). Constantine ne fait que parler et exploiter la peur des individus qu’il rencontre ces "bouseux", sont très portés sur les croyances. Notre fumeur invétéré transportant aussi son lot de casseroles derrière lui, à chaque fois ça dérape. L’autre force du scénariste est l’ambiance sombre, glauque et lente qu’il instaure à chaque histoire. Cette ambiance poisseuse qui nous reste entre les doigts, instaurée avec l’aide de Frusin (surtout) est l’atout majeur de la série, avec le personnage d’anti-héros pourri jusqu’à l’os.

Mon Avis : excellent

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 1420 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/