Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

dimanche 1er avril 2007
par Soyouz

300


Après le succès de Sin City, Miller s’est réconcilié avec le monde du cinéma et revient une nouvelle fois avec une de ses créations.

(JPEG) Il y a quelques mois, vous avez eu droit à un avis de la preview présentée à Paris, à laquelle avait été invité France-comics. Pour les retardataires, je vais tout de même faire un rapide résumé de l’histoire de ce film.

En l’an 480 avant J-C, les perses, menés par leur dieu-roi Xerxès, envahissent la Grèce. Mais le roi de Sparte, Leonidas, refuse de se soumettre et part, contre l’avis des Oracles, en guerre avec les 300 meilleurs guerriers spartiates vers le défilé des Thermopyles.

Comme vous le voyez, le scénario n’est particulièrement pas compliqué. Mais il respecte quasiment en tout point l’œuvre originelle de Frank Miller (sa participation en tant que producteur exécutif y est sans aucun doute pour beaucoup). C’est d’ailleurs un des points importants de ce film car, à l’instar de Sin City de Rodriguez, on a l’impression de se retrouver dans la bande dessinée. Zach Snyder reprend telles quelles des scènes et des plans de la bande dessinée, jusque dans les combats, les visages des personnages, les costumes, la « couleur » (si je puis dire) du film, les dialogues et les textes (grâce aussi au mode narratif utilisé). Même si on sait qu’il est aidé par la même technologie qu’utilisée sur Sin City, c’est tout de même très bluffant.

(JPEG)

Les batailles sont évidemment très présentes et surtout très décortiquées. L’effet ralenti et les gros plans amplifient la violence des combats puisqu’on y voit beaucoup plus les détails et surtout le résultat (corps mutilés, têtes décapitées virevoltantes ...). A cela, je trouve le film plus brutal que le comic et ce n’est donc pas pour rien qu’il est interdit au moins de 12 ans, même si on n’est pas impressionné (horrifié pour certains) comme dans Il faut sauver le soldat Ryan ou, plus récemment, Blood Diamond.

Même si l’histoire tient sur un timbre-poste, le scénariste y a fait quelques adaptations. Le rajout d’un semblant de mélodrame, en parallèle des évènements principaux, diminue l’esprit spartiate si fort dans le bouquin (notamment avec l’attitude de la reine Gorgo, ainsi qu’avec l’absence du sacrifice d’Ephialtes) et ce côté « soldat avant tout » si palpable dans les pages de 300. Par contre, Snyder aurait pu éviter les petits coups d’humour à la Rush Hour, cela aurait pu rendre un peu de crédibilité à des dialogues et un vocabulaire très contemporains. Cette faiblesse initiale de l’œuvre a, elle aussi, malheureusement été copiée. De plus, le réalisateur a voulu en faire plus, et l’ajout de fantastique dans le péplum ne donne sûrement pas au spectateur l’effet escompté.
Il est également évident que si vous n’avez pas aimé le graphic novel à cause de son discours et que c’est un point sur lequel vous êtes sensible, vous n’allez pas vraiment apprécier le film, et en plus, il y a un respect total du manichéisme primaire voulu par Miller. En même temps, c’est très souvent le cas dans les péplums.

(JPEG)

Les acteurs maintenant. Contrairement à Sin City, pas de stars. Certains ont joué dans des films à succès, mais leurs visages ou leurs noms n’avaient pas particulièrement retenu mon attention. Physiquement, les spartiates, pour le plaisir des gentes dames, ont un corps très athlétique, ce qui donne un côté très puissant à l’unité que forment ces 300 diables. Au niveau du jeu des acteurs, et par le fait qu’il y a ait de nombreux combats, il n’y a pas grand-chose qui ressort vraiment du film, si ce n’est le charisme nécessaire au rôle de Leonidas, joué par Gerard Butler, l’imposante taille de Rodrigo Santoro pour Xerxès donnant plus d’effet encore dans le film (sa voix française est également habilement bien choisie).

(JPEG)

Je terminerai par la bande son. Même si elle est parfois un peu trop forte à mon goût, cette alternance de musique symphonique et de rock (que pour les combats) est surprenante, mais pas choquante. Le gros point noir et incompréhensible reste ce choix d’avoir mis une musique de rap avec des paroles en français en générique de fin. Si quelqu’un a les raisons de ce fait, qu’il n’hésite pas à me contacter.

Malgré ses défauts, 300 reste un film à grand spectacle, avec des scènes de combats magistrales. J’ai sûrement fait une erreur en lisant la BD trois jours avant de le voir, car je reste quand même sur un avis mitigé. Je n’ai pas dû pleinement en profiter en ayant déjà les images en tête et je ne me suis pas laissé emporter par la vague et fureur spartiate. Néanmoins, je n’ai pas eu de sentiment d’ennui pendant 1h55, et je pense qu’un second visionnage avec un esprit un peu plus vierge sera sûrement bien plus appréciable.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 2937 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/