Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

Ultimates #05


vendredi 13 juin 2003
L'avis de Shenron


Le premier crossover Ultimate est enfin à portée de main. Millar au scénario et Bachalo pour illustrer, voilà qui donne envie. Il me semble que Chris Bachalo n’avait pas illustré les X-men depuis un bon moment, ce sont donc des retrouvailles. Et quelles retrouvailles !!

(JPEG) Je le dis directement, j’ai adoré ce Ultimates 5. il y a un aspect politique très poussé et très réfléchi dans ce comic. En effet, si les premières pages font évidemment référence au 11 septembre 2001, la réaction des Ultimates et de Captain America est forte en sous-entendus. En dernière page, il déclare : « Dites à Xavier que je le met dans le même sac que Magneto, c’est clair ». C’est un message fort qui fait écho à la vision rigide et cloisonnée de l’administration américaine. Le principe que Bush applique et impose au monde est clairement repris ici. Avec ou contre nous. « Nous » étant le bien, le reste étant le mal. Il est paradoxal qu’un comic reprenne une idéologie manichéenne, une conception si simpliste des rapports mondiaux. Autrefois, les comics offraient une caricature des relations internationales. Aujourd’hui la caricature est devenue le mode de pensée du pays le plus puissant du monde. Est-ce les comics qui ont grandi ou les USA qui ont régressé ?

Millar effectue un remarquable travail car il nous montre des faits, des réactions humaines à ces évènements. A aucun moment il ne tente de diriger le lecteur, et le résultat est une BD de grande qualité, possédant un message tout à fait pertinent (tant que l’on garde à l’esprit que ce comic est Américain, prioritairement écrit pour le peuple américain).

Voilà pour l’aspect politique, passons à l’œuvre elle-même. Millar pose donc un scénario solide. Son interprétation des personnages est également un point très positif. Magneto est enfin un tyran « digne de ce nom ». Prenant la pleine mesure de ses pouvoirs, il impose à l’humanité ses volontés. Il n’a plus aucune subtilité, il est une sorte d’Apocalypse car il radicalise totalement ses méthodes : « nous déciderons lesquels d’entre vous [les humains] travailleront comme esclaves et lesquels seront utilisés comme nourriture. Magneto a parlé. » Egalement intéressant, la tension palpable du Fauve. Depuis son erreur (qui a ramené à la vie Magneto) il ne sait plus vraiment comment agir, et en devient fébrile. Tornade lui rappelle qu’il est responsable des 800 morts de l’attentat de la confrérie. Encore une fois, ce que beaucoup voyait comme une facilité, voire un contre sens (une erreur si « bête » pour un génie comme MC Coy) est en train de devenir un vrai nœud scénaristique. Nous verrons aussi le père de Jean répondre à la guêpe, menaçante, pleine d’une suffisance toute américaine (l’administration, pas le peuple). Quant à Captain America, il est bien le patriote type. Chef incontesté et respecté, il est aussi le plus prompt à condamner, à oublier les frontières ou les alliances pour succomber à la vengeance, lorsque sa patience atteint ses limites. Quelques évènements inattendus surviennent, notamment lorsque Magneto rend visite aux Ultimates, dans leur Quartier Général. La discussion entre Vif Argent et son papa tourne court, et enfonce un peu plus Magnus dans sa folie destructrice. Je le répète, ce Magneto est enfin devenu le danger numéro 1 de la planète.

Bachalo est de retour chez Marvel. Cet artiste est pour moi un véritable génie. Un génie parfois dépassé par son talent. Mais sur Ultimate War, il épure son style, allège ses planches, reste raisonnable. Si l’on perd en créativité, on gagne en lisibilité, et le compromis n’est finalement pas mauvais. Ce type est l’un des plus doués de sa génération. En trois pages (les trois premières) il va décrire de manière à peine dissimulée les évènements du 11 septembre avec un talent impressionnant. Il nous plonge dans un embouteillage sur un pont, où nous sommes immédiatement immergés dans la vie de tous les jours des personnes présentes. Puis l’explosion, la mère et son enfant, et le drame. Avec brio et pudeur, il nous fait vivre ces quelques instants. A l’image de cette séquence introductive, tout le reste est de ce niveau. Il est vrai que ceux qui n’aiment pas Bachalo vont avoir du mal, mais il parvient à donner une profondeur à tout ce qui se passe dans ce comic.

Pour ne pas déflorer les évènements de l’histoire, je ne pousserai pas la critique plus loin (et ce n’est pas l’envie qui manque) car je me rends compte que j’en ai déjà trop dit. Je conclurai simplement en disant que cette première partie du crossover (dédiée aux Ultimates) répond à toutes les attentes. Bien sûr, certains seront déçus, n’aimeront pas, critiqueront jusqu’à l’essoufflement. Ces personnes attendent peut-être beaucoup trop d’un « divertissement » sur papier. Celui-ci est particulièrement bien mené. Si vous êtes immergés dans l’univers Ultimate, que vous l’aimez, alors vous ne serez très certainement pas déçus, bien au contraire.

A lire de toute urgence, pour le plaisir et la réflexion.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 1471 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/