Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

lundi 15 juin 2009
par Soyouz

X-Men Origins : Wolverine


Après trois premiers opus de différentes factures, la Fox relance la franchise X-Men avec un nouveau réalisateur par le biais d’une aventure (presque) en solo de Wolverine qui révèlera ... ses origines !

(JPEG) Alors que Marvel a mis plusieurs années avant de donner des informations sur les origines du mutant le plus célèbre de la planète (même si depuis quelques années, on a un peu de tout et n’importe quoi sur son passé), le cinéma n’a pas voulu attendre afin de profiter au maximum de la popularité de Hugh Jackman. Et comme il était devenu assez difficile (pour tout un tas de raisons dont financières) de réunir tous les acteurs pour un 4ème X-Men, autant se concentrer sur le personnage qui a le plus de chance de générer un maximum d’entrées dans les salles obscures.

Comme dans chaque adaptation, il est toujours assez compliqué de choisir quels éléments du comic-book seront intégrés au scénario, surtout que le passé de Wolverine n’est pas le plus facile à appréhender. Le plus simple à Hollywood semble de tout mélanger dans un shaker et de mixer le résultat avec les a priori des producteurs et les modes du moment. On se retrouve donc avec une histoire assez linéaire et une intrigue simple (hormis le gimmick habituel dans la série : je meurs, je ne meurs pas, je meurs, je ne meurs pas, ...), avec des idées prises chez divers scénaristes (Chris Claremont, Larry Hama, Barry Windsor-Smith, etc...). Et cette fois-ci, pas de costumes sombres, les surhumains sont habillés comme le commun des mortels.

(JPEG)

Le film doit être évidemment adapté pour tout type de public mais il faut aussi flatter le fan. Et c’est peut-être ici que la production en a fait rop. A force de faire autant de bruit sur les personnages secondaires, on pouvait s’attendre à voir régulièrement une pléiade de mecs avec des superpouvoirs autour du personnage principal. Malheureusement, à part l’éternelle némésis du héros qui n’est pas loin de se faire la part du lion, les autres ne seront que des lampadaires pour Logan ou de la chair à canon pour l’histoire (ceux qui ont lu des interviews de ces acteurs, vous avez le droit de sourire). Alors le commun des spectateurs ne sera peut-être pas gêné par ces valses et ne comprendra peut-être pas la moitié des allusions (« tu nous fatigues, Wade ! »), évidement puisque c’est essentiellement pour le fan (vous n’avez pas déjà oublié le début du paragraphe ?). Mais la finesse ne va pas étouffer Hollywood et malgré toute la bonne volonté de Gavin Hood, les clins d’œil et les situations qui usent et abusent de facilité manquent cruellement de naturel, de cohérence, de liant et font évidemment trop forcé. Les joyeusetés habituelles des films américains ne renforcent pas la crédibilité notamment pour la partie relationnelle (Gambit et Wolvie, meilleurs amis du monde en moins de 3 heures).

(JPEG)

Pour ce qui est des acteurs, Hugh Jackman semble jouer très facilement son rôle, toujours aussi impeccable même s’il est trop propre bien plus que dans les autres films. L’animal manque un peu de bestialité, contrairement à Liev Schreiber. C’est peut-être le « nouveau » qui sort le plus du lot. C’est le vrai second rôle du film. On retrouve la violence et l’attitude ambigüe du personnage envers son « frère ». En Danny Huston, on a du mal à retrouver le Stryker de X-Men 2. Ce n’est pas qu’il joue mal mais les deux interprétations sont trop dissemblables. Les autres sparring-partners manquent trop de charisme pour être intéressants. Ils ne sont pas forcément bien dirigés et en plus, ils sont trop kleenex pour qu’on s’y attache. Quant à LA fille du film, Lynn Collins, son rôle est classique donc son jeu l’est aussi. On est ni bouleversé ni surpris.

Les effets spéciaux ne sont pas vraiment révolutionnaires. Les décors sont limites en carton-pâte. Néanmoins, on a tout de même droit à quelques scènes sympathiques qui raviront les amateurs d’action. Le combat final ne manque pas de spectacle, mais l’orchestration n’est pas des plus réussies (Mais qu’est-ce qui lui prend de monter si haut ?). Ce qui est dommage, c’est qu’il n’y a pas de scènes marquantes comme on a pu voir dans les productions de Singer.

On ne va pas rentrer dans le débat de savoir si ce film est meilleur que X-Men : l’affrontement final. Ce qui est médiocre, reste médiocre. On n’est pas non plus au niveau des désolants Ghost Rider ou Elektra. C’est le blockbuster qui manque de rythme et de rigueur qui joue dans la facilité mais qui tient grâce à sa tête d’affiche. Les filles garderont au moins en mémoire les fesses nues de Jackman !

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 1980 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/