Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

Supergod


jeudi 1er novembre 2012
L'avis de Kab


(JPEG) Supergod #01-05 : Londres est à feu et à sang et le reste du monde aussi. Tout cela est de notre faute. Nous nous sommes lancés dans une course à l’armement comme à l’époque du nucléaire mais cette fois-ci avec des surhommes.
Je me rappelle encore du lancement de ces trois spationautes, on espérait les voir revenir rempli de super-pouvoirs comme dans les bandes dessinées. Quelle ne fut pas notre déception lors de leur retour. Oui, il y a bien eu contact mais ce n’était pas des rayons cosmiques mais des spores qui les attendaient et qui les ont fusionné en un être unique. Il fut nommé Morrigan Lugus. Il communiquait par ondes, en répandant des spores et d’autres choses. Les réactions de l’équipe chargée de le surveiller ne se firent pas attendre, ils se masturbèrent devant lui et le vénérèrent. C’était le premier, mais pas le dernier.

(JPEG) Le dernier vient d’un pays qui en avait désespérément besoin, l’Inde. Surpopulation, insalubrité, pauvreté, les indiens avaient besoin d’un héros, de quelqu’un capable de les sauver et ils allaient le créer. Krishna du nom d’une divinité locale est un bijou technologique, une machine unique dont la fusion entre une Intelligence Artificielle et des hommes à donné quelque chose d’inimaginable. Voilà vingt ans qu’ils travaillaient dessus et le résultat fut à la hauteur des espérances du point de vue technologique.
Pour ce qui est de la mission, Krishna l’a bien intégrée mais à son niveau. Sa compréhension n’est pas la nôtre, elle en est même très éloigné. Il régla le problème de surpopulation en tuant une grande partie de la population, puis il désintégra une grande partie des villes et purifia le Gange...

(JPEG) Les autres pays du monde prirent peur. Le Pakistan lança des missiles nucléaires sur le pays de Krishna. Ce dernier les renvoya et érigea un champ de force autour de l’explosion protégeant son pays des retombées radioactives mais pas le monde qui connut alors un hiver nucléaire.
Les choses s’accélérèrent encore lorsque les autres surhommes prirent leur envol d’eux-mêmes raisonnant avec leur propre sens moral laissant les hommes chuter face à leur folie de gérer des êtres supérieurs. Les différents méta-humains convergèrent tous vers Krishna pour le résultat que vous connaissez ou pas.

(JPEG)

(JPEG) Supergod est une mini qui fait partie d’un cycle en trois parties (Black Summer, No Hero et Supergod). Elles n’ont pas de liens au niveau de l’histoire mais plus au niveau du thème.
Le scénariste nous lance directement dans son histoire vu qu’on arrive à la fin. On apprend ce qui s’est passé via une conversation qui amène des flashbacks. Le fait de le savoir permet d’avoir du recul et une analyse froide et concise. L’écriture d’Ellis fait en sorte qu’il n’y a pas ou très peu de dialogue mais juste un long monologue créant une distance volontaire entre les personnages mis en avant et le lecteur renforçant le côté supérieur aux humains. L’inconvénient, c’est que cela donne l’impression d’avoir une sorte de linéarité dans l’intrigue, tout comme le fait d’arriver à la fin peut donner l’impression d’un manque d’enjeu dans l’histoire. Mais je pense que tout cela est fait pour faciliter son analyse des super et aller le plus loin possible.

(JPEG) Lorsque Warren Ellis interrompt Stormwatch pour lancer Authority, il aborde alors la pro-activité des surhommes dans le monde et leur place. Avec Authority, il met en avant le côté anarchique du groupe, vivant au dessus de ceux qu’il protège pour mieux agir, affrontant des menaces d’ampleur gigantesque (même Dieu). Jenny Sparks et ses amis deviennent alors des sortes de dieux interventionnistes aux yeux du commun des mortels, le concept sera poussé plus loin par Millar qui fera agir le groupe au niveau des politiques du monde.
Par la suite Warren Ellis écrira Black Summer qui met en avant des héros bien trop humains puis No Hero où ces derniers renoncent à ce qui fait d’eux des humains. Avec Supergod, le scénariste finit plus ou moins sa réflexion en montrant des héros qui n’ont rien d’humain. Les soit-disant héros de Supergod sont en fait des êtres au dessus de la condition humaine avec leur propre schéma de pensée. Ces héros ne sont en fait quasiment pas humains mais des caricatures, leurs pouvoirs leur font voir les choses différemment de nous. Lorsque l’on suit les péripéties de Krishna, on voit bien que cet être répond à un objectif précis et reste un héros mais ses créateurs ne pensaient pas que sauver l’Inde passerait par l’extermination de la population et la destruction des villes. Krishna remplit sa fonction avec sa propre vision et fait ce qui lui semble le mieux mais pas ce qui l’est pour nous.
Bien qu’Ellis fasse de ses super-héros des dieux, on se rend bien compte que le comportement est celui d’enfants n’en faisant qu’à leurs têtes sans avoir une vision globale des choses.

(JPEG) Si le principe est intéressant de même que l’univers et la réflexion. J’ai trouvé dommage que Warren ne prennent pas plus le temps de développer le tout. Je trouve que sa réflexion aurait été plus pertinente et importante s’il avait fait plus de numéros. A l’époque de la décompression, Ellis a fait une bonne intrigue pas trop longue mais qui aurait mérité d’être plus développée pour avoir plus d’ampleur et d’impact. Ces cinq épisodes bien que très bons laissent une sorte de goût d’inachevé (surtout dans la réflexion).

On retrouve aussi d’autres marottes du scénariste comme la technologie, l’alliance humain/machine, la religion et les extra-terrestres.

Au dessin, c’est Garrie Gastonny qui officie. Je ne connais pas ce dessinateur qui a un trait agréable, proche d’un Barry Kitson. Les planches ont un découpage agréable et standard, les cases sont très bien remplies, les visages expressifs, les scènes d’actions tombent bien et le dessinateur semble à l’aise pour tout dessiner y compris des créatures sorties de l’univers de Lovecraft (un clin d’oeil d’Ellis à n’en pas douter).

Mon avis : Supergod est une très bonne petite mini qui aurait mérité d’être une maxi et qui fait une sorte de conclusion à un cheminement commencé il y a bien longtemps avec Authority.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 775 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/