Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

Goražde


lundi 19 novembre 2012
L'avis de Soyouz


Rackham

(JPEG) Après l’expérience Palestine, Joe Sacco s’est fortement intéressé à la guerre de Yougoslavie au point de se sentir obligé d’aller sur place pour couvrir les événements « à sa façon ».
En 1995, il commença ses voyages jusqu’à Goražde, ville de Bosnie-Herzégovine musulmane enclavée au milieu du territoire serbe, où il interviewa de nombreux habitants (il vécut même chez certains, qui sont d’ailleurs les principaux protagonistes de son récit), qui connurent l’horreur (c’est peu de le dire) pendant toutes ces années de conflit.

En fait, je ne crois pas qu’on ne puisse se rendre compte de ce qui s’est réellement passé là-bas. Joe Sacco a recueilli des témoignages poignants, horribles, terrifiants, qu’il retranscrit de la manière la plus objective possible au point qu’on se demande comment il peut garder son sang-froid face à de tels traumatismes. Autant vous prévenir, cette BD-reportage n’est pas à mettre entre toute les mains, certains passages étant durs et cruels qu’on a peine à croire à leur authenticité. Et puis on regarde le journal télévisé et on nous raconte les mêmes horreurs en Syrie ou ailleurs. Alors, on comprend quand la partie journaliste de l’auteur prend le dessus, analysant la situation, ainsi que la réelle implication et le semblant de pouvoir de l’ONU et l’OTAN face à de tels conflits. Sans prendre ouvertement position dans cette guerre (même si sa proximité avec certains l’influence forcément, il le dit lui-même par ailleurs), il s’implique plus dans ses positions vis-à-vis de ces organisations mondiales, avec leurs dirigeants trop embarqués et concentrés par leurs manœuvres politiques (à un niveau mondial ou plus local) pour prendre de véritables décisions et mal relayés par des représentants (des généraux pour la plupart) qui minimisent et interprètent les faits à leurs convenances (ou parce qu’ils sont trop insensibles ?).

Voilà pour le fond. Pour la forme, tout en respectant la chronologie, le récit est loin d’être linéaire et on sent bien que Sacco a énormément réfléchi à sa construction. Il ponctue ses interviews (les moments les plus durs du livre) avec des explications sur le passé de la Yougoslavie (les origines de la guerre ?), avec les évènements qui se passaient autour mais à propos du conflit, et surtout, avec des tranches de vie qu’a vécu l’auteur au sein de ses contacts (et amis) et d’avoir une idée de la manière dont pouvaient vivre les Bosniaques. Et cela, c’est très malin, car cela apporte encore plus de réalisme et du crédit à ses rapports (d’autant que, sans faire dans le photo-réalisme, son dessin s’appuie sur des photos, surtout pour les décors, et il s’appuie sur une grande expressivité), et on s’attache aux personnages, donc on s’attache d’autant plus à son livre. De plus, ces moments permettent aussi d’abaisser un peu la tension dramatique.

Cette édition 2011 a quelques plus non négligeables : des extraits du journal de bord de Joe Sacco qui permettent de lire à chaud comment il ressentait ce qu’il vivait, les problèmes qu’il a rencontrer pour faire son travail de journaliste, ainsi qu’une petite réflexion personnel sur cette guerre.

Et à la fin du livre, c’est tout simplement une interview de l’auteur. Je dois avouer qu’à la fin du récit, j’avais besoin d’en savoir plus sur la vision de Sacco, et ce bonus remplit complètement son rôle, apportant même des informations sur la construction du récit.

La comparaison avec le splendide Fax de Sarajevo de Joe Kubert peut être évoquée, mais elle n’est finalement pas légitime. Outre des caractéristiques graphiques n’ayant aucun lien, nous avons là deux projets éditoriaux totalement différents qui sont plus complémentaires que supplémentaires.

Avis : on nous avait dit « plus jamais cela ». Force est de constater qu’on en est encore bien loin. Goražde est une œuvre qui éduque, enseigne et qu’on soit d’accord ou non avec l’auteur, fait réfléchir. A mettre dans toutes les bibliothèques d’écoles secondaires.

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 686 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/