Nous sommes le , bienvenue ! Derniers dossiers en ligne : En travaux


Dernières chroniques V.F.
Dernières chroniques V.O.

vendredi 14 novembre 2003
par GUILLEMARD (champion comics)

Strange #200


132 pages en couleur ! Tout sur les auteurs Marvel ! Couvertures Originales ! Jeux monstres ! Concours primé !

(JPEG) Telle est l’accroche présente sur la couverture du 200e numéro de la mythique revue Strange. Et force est de constater que la qualité est au rendez-vous avec plusieurs articles et interviews, à une époque où le matériel rédactionnel sur les comics était absent de ces magazines. Cela permet, avec le recul, de mettre les déclarations des interviewés en perspective avec ce qui s’est réellement passé par la suite.

Il y a par exemple une interview où John Romita revient sur son départ de Amazing Spider-Man (on sait depuis que cela a été temporaire !) et explique son investissement sur les X-Men, série qu’il a vite quittée à cause de sa mésentente avec Claremont. Denny O’Neil annonce dans son interview tous les changements prévus dans Daredevil, ce qui nous rappelle que les évènements de Renaissance, écrit par Miller, découlent directement des situations mises en place par O’Neil à l’époque.

Plus légèrement, L’Araignée nous fait la liste des héros les plus costauds de l’Univers Marvel, juste avant l’hilarante et inénarrable séries des « Et Si... ? » parodiques. Les titres en eux-mêmes sont anthologiques : « Et Si Flèche Noire avait le hoquet ? », « Et Si Thor s’était coupé les cheveux ? », « Et Si Tony Stark était boulimique », « Et Si Daredevil était sourd » sans oublier le fameux « Et Si Stan Lee lit ces pages ». Une époque révolue où Marvel savait faire preuve d’humour sur elle-même. Au détour d’une page, il y a aussi un plan détaillé de l’appartement de Peter Parker, ce qui contribue un peu plus à rendre « réel » l’Univers Marvel.

Passons sur la présence de couvertures originales, fait exceptionnel à l’époque mais qui n’ont, dans le cas présent, pas de valeur particulière. Passons aux séries, d’autant plus que Strange était de qualité égale à l’époque et que les séries publiées étaient toutes dans une bonne période.

La Division Alpha nous présente un John Byrne en très grande forme, encré par Keith Williams. Son style tout en détails, et l’apparence des personnages féminins (souvent en petite tenue), montrent tout ce que Jim Lee doit à Byrne, qui était peut-être à cette époque à son meilleur niveau graphique.
L’histoire fonctionnant sur un mode feuilletonesque où les personnages sont constamment séparés, difficile de la résumer. Les habitués de cette époque seront contents de savoir que, dans cet épisode, Heather est encore perturbée par la mort de son mari pendant que Puck la console. Bref, rien que du très commun.

Par contre, les deux épisodes de l’Homme-Araignée sont une grande réussite. Appartenant à l’excellente période De Falco/Frenz, ils constituent un hommage évident aux créateurs de la série. Frenz adopte le même découpage en petites cases et dessine Spidey de la même façon que Ditko (petit et peu musclé). Quant au scénario de DeFalco, il nous plonge dans un des thèmes récurrents de la série : la guerre des super-vilains, mêlant le Super-Bouffon (à l’identité encore inconnue !) aux Osborn et à la Rose. Pendant qu’en parallèle, le symbiote qui donnera naissance à Venom se ballade dans New-York. Un classique.

Enfin, Daredevil, fleuron de Strange à l’époque. Denny O’Neil et David Mazuchelli (qui n’a pas encore montré tout son talent) abordent un thème politique par le biais de Glorianna, petite amie de Matt proche de l’IRA. Il faut souligner la démarche, peu courante à l’époque, mais habituelle pour O’Neil, connu pour son épisode anti-drogue dans Green Lantern. Mais ce sont les exactions du Cosaque, un super-vilain rendant les habitants de New-York aveugles, qui occupent le plus de place dans l’épisode. Remarquons que la fin de l’épisode est un peu rapide, ce qui laisse penser que LUG a coupé des pages à cet épisode, ce qui ne serait pas surprenant.

Concluons sur l’habituel « Courrier Des Fans de Strange » qui présente des lettres assez pertinentes auxquelles l’éditeur répond avec précision et sérieux, ce qui n’est plus trop le cas aujourd’hui. Tous éditeurs confondus.

En 1986, année de parution de ce numéro, Strange était présent depuis 16 ans et semblait parti pour durer éternellement. Il s’est arrêté à peine dix ans plus tard avant de connaître une éphémère nouvelle vie avec des héros DC. Et on peut supposer que les jeunes lecteurs qui découvrent aujourd’hui les comics avec Ultimate Spider-Man n’ont, pour beaucoup, jamais entendu parler du « mensuel des super-héros ». Les temps changent ...

Envie de discuter à propos de cet article ?
Créez un topic sur notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/

Une erreur ? Un oubli de notre part ?
Pas de soucis : envoyez-nous un mail pour que nous corrigions francecomics@gmail.com

Cet article a été lu par 2103 visiteurs

France-Comics est un site animé par des rédacteurs bénévoles. Vous pouvez prendre contact avec nous via notre forum : http://france-comics.dynamicforum.net/